Cliousclat dans la Drôme

Richard ESTEBAN raconte :

Je me revois du haut de mes seize ans, arrivant dans la cour de la poterie de Cliousclat, avec des dizaines de pots séchant au soleil, des amoncellements de fagots destinés au four qui allait devenir mon outil de travail. Toutes ces odeurs de végétaux, de fumée, de terre… Un véritable coup de foudre. Et puis le charisme de cet homme assez secret qu’était Philippe Sourdive, ancien élève des Beaux-Arts de Marseille, successeur d’Antonin Anjaleras depuis 1964. Cette ambiance d’atelier rural me poussa dans les bras de la terre vernissée, puis dans ceux de cette petite fabrique, de 1975 à 1979.

Village de potiers par excellence, le premier manuscrit relatant une commande de poterie date de 1612. Beaucoup de potiers pour peu de fours, ces derniers étaient donc mutualisés, démarche originale dans ce village.
Construite en 1903 par Marius Anjaleras, la poterie du village de Cliousclat a cessé toute activité le 31 décembre 2013 et ses bâtiments, inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques, furent rachetés fin 2013 par la municipalité. Début 2014, Richard ESTEBAN est locataire d’une partie de ces bâtiments, où il a crée un Musée relatif à l’histoire de cette poterie ainsi qu’un magasin où est présentée la production d’Aigues-Vives mais aussi celle d’invités tels que la Poterie de Sampigny.

Visiteurs de passage, promeneurs passionnés de vieilles pierres, d’artisanat et de gastronomie, la poterie vous ouvre ses portes tous les jours en période estivale et les week ends le reste de l’année.